Ne pleures pas, Charlie

Je suis Charlie

Je suis Charlie (via Flickr Creative Commons)

– Papa, pourquoi la France a-t-elle subi un choc aujourd’hui ?
– Mon garçon, sais-tu ce qu’est un acte terroriste ?
– Non, pas vraiment.
– Un acte terroriste, c’est utiliser la violence, tuer, traumatiser pour faire passer un message. Le but n’est pas de communiquer ou d’échanger. L’objectif est de faire part de certaines opinions au dépend de la vie humaine.
– Et aujourd’hui, des gens sont morts?
– Oui mon garçon des gens sont morts. Mais en tuant ces journalistes, des principes fondamentaux de la société dans laquelle nous vivons ont été atteints: la liberté de penser et la liberté d’expression. Tu vois mon enfant, je pense que tu es assez grand pour saisir ce que je vais t’expliquer. On n’est jamais trop jeune pour comprendre quels sont nos droits et surtout quand ces derniers ont été violés. Nous vivons dans un monde où malheureusement le conflit prévaut sur le dialogue. C’est exactement ce qui s’est passé aujourd’hui. Certains n’étaient pas d’accord avec ces journalistes et ils les ont tués. C’est aussi simple et odieux que ça. Mais ce qui est encore plus dangereux de nos jours, c’est que ces hommes veulent faire croire qu’ils ont recours au dialogue. C’est ce qui les rend tellement létaux. Ils ont compris que les journalistes, la presse, l’Expression peut être un outil mais également une cible. Il y a peu de temps, ils avaient accepté qu’un journaliste allemand les suive dans leur quotidien. Ils ont été interviewés, ils ont dit ce qu’ils pensaient. Mais à la différence des journalistes français, ils n’ont pas été tués pour leurs opinions et leurs idéaux.
Aujourd’hui mon garçon, la liberté a été attaquée. La possibilité et le droit de s’exprimer, les fondamentaux de ce que nous appelons la démocratie ont été violés. Ces principes ont été ternis. Le sang a maintenant tâché le papier. Ce qui a eu lieu aujourd’hui est un attentat contre l’Homme.
Nous devons comprendre que ceci n’est pas un cas isolé. Ce n’est pas la première fois que l’on enlève la parole à l’Homme. Aujourd’hui nous devons nous rappeler que dans de nombreux endroits du monde, la liberté d’expression est une exception et non pas une règle. Le pays dans lequel a eu lieu cette attaque est un symbole des droits de l’Homme, de la liberté et de l’envie de défendre ses droits. C’est pour cela que cet évènement a un tel impact et une telle résonance. En outre, ces journalistes ont été abattus dans la salle de rédaction. C’est tout un symbole!
– Mais pourquoi ces hommes se battent-ils, papa ?
– Ils se battent pour la religion. Enfin, pour l’idée qu’ils en ont. La religion n’a pas pour but de tuer. Il est vrai qu’elle a souvent été source de division et de conflit. Mais au départ l’Islam défend la tolérance et le respect. Au temps de la création de l’Islam, les minorités religieuses étaient tolérées et avaient même un statut spécial. Ces hommes ont abîmés la religion, ils l’ont démuni de sa pureté et de l’espoir que la religion est censée apporter. Charlie Hebdo avait titré « 100 coups de fouets si vous n’êtes pas morts de rire! ». Aujourd’hui, les coups de fouets sont devenus des balles, et les journalistes sont tout simplement morts.
– Charlie Hebdo? C’était le nom du journal? Mais, je m’appelle Charlie. Je suis Charlie.
– Oui, tu es Charlie. Nous sommes tous Charlie. Ne pleures pas, Charlie. Tu as le droit de pleurer, de ne pas comprendre, d’être en colère. Mais n’oublie jamais une chose Charlie: les larmes laveront le sang, mais seuls les mots honoreront la liberté d’expression.